Éducation, intelligence et civilisation

troll-imadeWEB-1Tilvera : Il est clair que la civilisation n’a commencé qu’avec l’alphabétisation. L’homme a droit à l’éducation.

Ónytjungur : De quelle alphabétisation parles-tu ? L’aptitude à la lecture ou le passage à une langue écrite ?

Tilvera : Est-ce que le passage à l’écrit ne suppose pas l’aptitude à la lecture ?

Ónytjungur : Si je me souviens bien, l’alphabétisation fut jadis répandue par des missions chrétiennes pour apporter aux peuples la Bible dans leur langue. C’est comme ça qu’est né l’alphabet cyrillique, par exemple. Et cette fois, de quel livre s’agit-il ?

Tilvera : Il s’agit du droit de chaque homme à l’éducation.

Ónytjungur : L’image ne suffit-elle pas à l’éducation ?

Tilvera : Pour pouvoir se faire une image, il faut être doté d’intelligence.

Ónytjungur : Qu’appelles-tu intelligence ?

Tilvera : Il y a différentes sortes d’intelligence.

Ónytjungur : Qui prétend cela ?

Tilvera : Le quotient intellectuel.

Ónytjungur : Tu parles du test de Rorschach des cogniticiens .

Tilvera : C’est de la science. Seule l’alphabétisation permet d’atteindre un quotient intellectuel supérieur.

Ónytjungur : Eh bien, puisque l’intelligence est devenue mesurable et que l’éducation nécessite l’alphabétisation, j’ai quelques questions qui m’occupent depuis déjà longtemps et auxquelles je n’ai pas trouvé de réponse.

Tilvera : Vas-y, je t’écoute.

Ónytjungur : Un analphabète serait-il capable de fabriquer un engin électronique complexe ?

Tilvera : Non.

Ónytjungur : À quoi ressemblerait un aéronef construit par un analphabète ?

Tilvera : À un costume d’oiseau, j’imagine, mais nous savons bien que personne ne pourrait voler avec ça.

Ónytjungur : Un analphabète serait donc aussi certainement trop bête pour comprendre comment opérer la fusion de deux noyaux atomiques ?

Tilvera : Quelle idée ! Moi-même, j’en serais incapable, et je suis pourtant très instruit. Seules des personnes dotées d’un QI supérieur au mien en sont capables.

Ónytjungur : Alors à quoi te sert d’avoir appris à lire ? À lire que d’autres savent opérer la fusion de 2 noyaux atomiques ?

Tilvera : Par exemple.

Ónytjungur : Et qu’il existe des objets volants capables de décoller d’un côté de la planète et d’atteindre l’autre côté en à peine une demi-heure ?

Tilvera : C’est une information importante.

Ónytjungur : À quoi sert-elle ?

Tilvera : À savoir combien de temps il me reste pour me mettre à l’abri.

Ónytjungur : À l’abri de quoi ?

Tilvera : De l’explosion d’une bombe atomique.

Ónytjungur : Tu veux me convaincre que la civilisation a commencé avec l’alphabétisation, et que l’homme a droit à l’éducation afin par exemple d’avoir le temps de se mettre à l’abri de l’explosion d’une bombe atomique inventée, fabriquée, stockée et utilisée par des hommes grâce à une alphabétisation réussie et à des quotients intellectuels supérieurs ?

Tilvera : Je n’ai pas dit ça comme ça.

Ónytjungur : Mais 70 ans après Hiroshima et Nagasaki, c’est bien à cela qu’on aboutit, non ?

Tilvera : Jusqu’à présent, les 1200 incidents majeurs signalés, tout comme les quelques alarmes informatiques qui se déclenchent chaque semaine aux États-Unis, se sont toujours bien passés.

Ónytjungur : Et pourquoi est-ce que cela me rappelle l’histoire du cambrioleur qui décida de s’introduire à la nuit dans une nouvelle maison, puisque ses cambriolages s’étaient tous bien passés jusqu’alors et qu’il ne s’était jamais fait pincer ?

Tilvera : Parce que tu es un imbécile.

Ónytjungur : Alors il y a du bon à pouvoir rester un imbécile. Est-ce que je t’avais déjà raconté que la mère d’Albert Camus ne disposait que d’un vocabulaire de 400 mots ?

Tilvera : Et qu’est-ce que tu en déduis ?

Ónytjungur : Qu’un vocabulaire de 40 000 mots ne rend pas nécessairement plus intelligent, mais plus éloquent.

Tilvera : Tu portes un jugement sur Albert Camus ?

Ónytjungur : Que vas-tu croire là ? Si je me souviens bien, nous parlions de cogniticiens, d’hommes qui, grâce à une alphabétisation réussie et à un QI supérieur au tien, ont inventé, fabriqué, stocké et utilisé une bombe atomique, du cambrioleur qui qui décida de s’introduire à la nuit dans une nouvelle maison, puisque ses cambriolages s’étaient tous bien passés jusqu’alors et qu’il ne s’était jamais fait pincer, et de toi, qui crois encore après 70 ans que la civilisation n’a commencé qu’avec l’alphabétisation et que l’homme aurait donc droit à l’éducation.

Tilvera : Et alors quoi, il n’y a pas droit ?

Ónytjungur : Ça n’est pas mon affaire. Car je ne peux parler que pour moi. Et j’ai déjà appris ce dont j’avais besoin, décidé qu’il valait mieux rester bête, et je préfère que les choses me soient racontées ; par des personnes qui ont mérité ma confiance. Après tout, il n’y a pas de pluriel à intellect.

En mémoire des enfants vaporisés les 6 et 9 août 1945 au nom de la civilisation, de l’intelligence et de l’éducation, de ceux qui sont mort de leurs séquelles et de ceux qui en souffrent encore aujourd’hui.

Traduction: Cyrille Flamant

deBildung, Intelligenz und Zivilisation

ukEducation, intelligence and civilisation

isMenntun, gáfur og siðmenning

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *